Giacomo Balla était un peintre italien futuriste né le 18 juillet 1871 et décédé le 1er mars 1958. Né à Turin, dans la région du Piémont, en Italie, il était le fils d'un chimiste industriel. Giacomo Balla a étudié la musique dans sa jeunesse. À neuf ans, quand son père décéda, il renonça à la musique et commença à travailler dans un magasin de lithographie. À vingt ans, son intérêt pour l'art était tel qu'il décida d'étudier la peinture dans les académies locales et exposa plusieurs de ses œuvres de jeunesse. Après des études universitaires à l'Université de Turin, Balla s'installa à Rome en 1895 où il rencontra et épousa Elisa Marcucci. Pendant plusieurs années, il travailla à Rome comme illustrateur et caricaturiste ainsi que portraitiste.

En 1899, son travail fut montré à la Biennale de Venise et dans les années qui suivirent, son art fut exposé dans de grandes expositions italiennes à Rome et à Venise, à Munich, à Berlin, à Düsseldorf en Allemagne ainsi qu'au Salon d'Automne à Paris et aux galeries à Rotterdam aux Pays-Bas.

Influencé par Filippo Tommaso Marinetti, Giacomo Balla adopta le style futuriste, créant une représentation picturale de la lumière, du mouvement et de la vitesse.

Il était signataire du Manifeste du futurisme en 1910, commença à concevoir et peindre des meubles futuristes et créa également des vêtements « antineutre » futuristes.

Il enseigna également à Umberto Boccioni. En 1914, il commença la sculpture et, l'année suivante, créa peut-être sa meilleure sculpture connue appelée Poing de Boccioni.

Pendant la Première Guerre mondiale, l’atelier de Balla devint le lieu de rencontre pour les jeunes artistes mais, à la fin de la guerre, le mouvement futuriste montrait des signes de déclin. En 1935, il fut accepté comme membre de l’Accademia di San Luca de Rome.