Le fondateur du futurisme et sa personnalité la plus influente était l'écrivain italien Filippo Tommaso Marinetti. Marinetti a lancé le mouvement dans son Manifeste du futurisme, publié pour la première fois le 5 février 1909 dans La Gazzetta dell'Emilia, puis traduit dans le quotidien français Le Figaro, le 20 février 1909. Il fut bientôt rejoint par les peintres Umberto Boccioni, Giacomo Balla, Carlo Carrà, Gino Severini et le compositeur Luigi Russolo.

Marinetti a exprimé une aversion passionnée de tout ce qui était âgé, en particulier la tradition politique et artistique. « Nous sommes sur le promontoire extrême des siècles ! ... Mais nous n'en voulons pas, nous, les jeunes, les forts et les vivants futuristes ! » Les futuristes admiraient la vitesse, la technologie, la jeunesse et la violence ainsi que l’automobile, l'avion et la ville industrielle. Tout ce qui représentait le triomphe technologique de l'humanité sur la nature. Ils étaient des nationalistes passionnés. Ils répudiaient le culte du passé et de toute imitation et saluaient l'originalité, aussi audacieuse ou violente qu’elle puisse être. Ils considéraient les critiques d'art inutiles et les rejetèrent, se rebellèrent contre l'harmonie et le bon goût, balayèrent tous les thèmes et sujets d'art antérieur et glorifièrent la science.

L'édition de manifestes était une caractéristique du futurisme et les futuristes (généralement conduits ou incités par Marinetti) les écrivaient sur de nombreux sujets, y compris la peinture, l'architecture, la religion, les vêtements et la cuisine.

Les peintres futuristes prirent du temps à développer un style et un sujet distinctif. En 1910 et en 1911, ils utilisèrent les techniques du divisionnisme, réduisant la lumière et la couleur en un champ de pointillés et de rayures, ce qui avait été créé à l'origine par Giovanni Segantini. Plus tard, Severini, qui vivait à Paris, attribua leur retard du moment, en termes de style et de méthode, à leur éloignement de Paris, le centre de l’art d'avant-garde. Severini était le premier à entrer en contact avec le cubisme et à la suite d'une visite à Paris en 1911, les peintres futuristes adoptèrent les méthodes des cubistes. Le cubisme leur offrait un moyen d'analyser l'énergie dans les peintures et d’exprimer le dynamisme.

Ils peignirent souvent des scènes urbaines modernes. Les Funérailles de Galli l'anarchiste de Carrà est une grande toile de 1910-1911 représentant des événements dans lesquels l'artiste avait lui-même été impliqué, en 1904. Une attaque de la police antiémeute y est représentée dynamiquement avec des diagonales et des plans brisés.